Mise en place d’un fichier progressif…

Pourquoi avoir choisi de travailler les nombres avec les fichiers pemf ?

L’apprentissage des nombres chez les plus petits se fait à un rythme fort différent d’une personne à l’autre. Pour certains, cela semble une évidence et extrêmement facile alors que pour d’autres, c’est laborieux et complexe. Pourquoi faudrait – il obliger ceux qui ont déjà compris les notions à faire ce qu’ils savent déjà faire ? Pourquoi au contraire, faudrait – il presser les autres sous prétexte que les précédents ont déjà acquis les notions ?

« Lorsqu’un tailleur fait un vêtement, il l’ajuste à la taille de son client, et si celui – ci est gros ou petit, il ne lui impose pas un costume trop étroit sous prétexte que c’est la largeur correspondant dans la règle à sa hauteur. Au contraire, l’école habille, chausse, coiffe tous les esprits de la même façon. Elle n’a que du tout – fait et ses rayons ne contiennent pas le moindre choix. Pourquoi n’a – t – on pas pour l’esprit les égards dont on entoure le corps, la tête, le pieds ? »

Edouard Calaprède 1921.

 

A la base, j’avais opté pour le fichier pemf car il me semblait plus facile pour les plus petits de résoudre des exercices mathématiques lorsque les consignes étaient illustrées. Hors au fil de l’utilisation, j’ai pu constater qu’un exercice résolu n’était pas toujours aussi évident à comprendre que cela. Cela impose à l’élève de réfléchir sur la procédure qui a été utilisée pour résoudre l’exercice. Une démarche supplémentaire est demandée aux élèves, on leur demande indirectement de trouver eux – mêmes la consigne de départ. Au début, ce n’est pas évident mais avec l’habitude, les résultats s’améliorent. Je trouve que c’est un très bon moyen pour aider les élèves à apprendre de manière réflexive.

Structure du fichier

Un fichier comprend 12 séries de fiches.
Chaque série ayant …
• 6 fiches d’apprentissage,
• une fiche d’autocorrection pour ces six fiches,
• une fiche proposant deux tests.
Chaque élève dispose d’une feuille de route.

Pratiquement,

Avant de lancer les élèves dans un travail individualisé, nous avons pris le temps d’analyser une fiche ensemble.
Celle – ci a été reproduite en A3 afin de facilité la compréhension. Un temps d’observation a été donné aux élèves afin qu’ils puissent s’approprier le « mode d’emploi ».
Sur le recto, on remarque qu’aucune consigne n’est donnée. La réflexion de l’élève est engagée sur une oralisation et/ ou une compréhension de la consigne.Sur le verso, l’élève s’exerce. Dans ma classe, nous reproduisons les exercices dans un cahier de nombres.

Dans ma classe, les fiches de nombres sont intégrées au plan de travail. L’élève place une fiche fantôme avec son prénom à l’endroit où la fiche est manquante étant donné que l’enfant emprunte la fiche.

Les tests ?

Pour ma part, je ne les côte pas. Mais l’enthousiasme des enfants est pourtant bel et bien présent ! Dans leur esprit, ils ne travaillent plus que pour des points. Leur objectif est de progresser et de se dépasser eux – mêmes.
Concrètement, je les ai photocopiés et placés dans un album photo. Cela permet aux élèves d’aller les chercher seuls.

Un affichage mural, pourquoi ?

A un endroit connu des enfants et de l’enseignant uniquement, la feuille de suivi du parcours de chacun est affichée. Elle permet à chacun de savoir où les autres se situent. Ainsi, lors des séances d’entrainement, les élèves peuvent coopérer entre eux. De plus, l’avancement des uns et des autres favorise l’émulation et stimule l’apprentissage de tous.
Par exemple, si je ne comprends pas un exercice de la série 4 et que X a déjà passé les tests jusqu’à la série 8. Je peux lui demander de l’aide car celui – ci a déjà compris.


L’intérêt de la dernière ligne : « On a tous compris ! « .
L’acquisition de la dernière ligne est au départ, motivée par un autocollant à coller lorsque tout le groupe a réussi le test. Dans la classe, cela développe la coopération,l’empathie des élèves et favorise l’esprit d’équipe.

Anecdote :
Dernièrement, un élève a voulu laisser passer un autre élève devant lui car ce dernier n’avait pas encore passé un test que l’autre avait déjà réalisé.

Pour info, certains fichiers sont agréés par la fédération Wallonie Bruxelles. Plus d’informations sur : www.educpop-freinet.be et sur

enseignement.be  ( manuels scolaires, logiciels scolaires et outils pédagogiques agréés – ressources agréées)

Mais je parle aussi de...

Your email will not be published. Name and Email fields are required