La coopération dans ma classe

Pour comprendre la coopération dans une classe, il faut s’imaginer une toile d’araignée. Chaque fil a son importance et doit être compris et respecté par chacun. C’est seulement quand tous les fils seront tissés que la coopération prendra tout son sens.

 

DSC09249Le conseil de coopération est le cœur même de la classe coopérative. Il a lieu une fois par semaine ou par période. Un élève président mène le conseil avec un secrétaire en respectant une structure pré-établie: les élèves peuvent ainsi « critiquer », « proposer » et « féliciter ». Les ceintures de comportement sont proposées et validées par l’ensemble du groupe. Chacun a sa place. Un élève gêneur sera rappelé à l’ordre. Vous pouvez télécharger la fiche: le conseil

Les rituels sont ces moments en début ou en fin de journée qui permettent de créer ce groupe, cette ambiance de classe où chacun a une place (et doit la prendre).  A vrai dire, je ne croyais pas trop à ce genre de rituels, mais depuis que je les ai instaurés, je ne peux plus faire marche arrière. Ce sont ces moments où tout roule… sans moi! C’est juste génial à observer. Tous ces métiers sont discutés et choisis lors du conseil de coopération.

En début de journée, le président nous invite à préparer nos outils de travail. Le secrétaire comptabilise les absents. Le maitre des devoirs rappelle ce qu’il fallait faire et où déposer les documents attendus par le professeur.  Le président reprend la parole et invite chacun à dire son #Autobilan de la veille que l’élève geek écrira sur notre compte classe twitter.  Le journaliste nous donne les dernières informations du jour en lisant les titres des « unes » apportées en classe par les autres élèves. Le président, en accord avec le professeur, invite chacun ensuite à se mettre au travail selon un code couleurs pour gérer le bruit (rouge = silence, orange = chuchoter, blanc = parler avec autorisation du président, vert = parler normalement).

autobilan

En fin de journée, le gardien du temps invite le professeur à terminer son cours. Le maitre des devoirs rappelle les activités à réaliser pour le lendemain. Puis chacun réalise son métier (du rangement des outils au nettoyage des tableaux).

Le tutorat et l’entraide sont des moyens pour s’aider et s’entraider entre pairs. Il n’y a pas que le prof qui connait. C’est souvent le temps de la remédiation.

  • Le tutorat est une collaboration sur du long-terme entre un élève « expert » et un élève qui a besoin d’aide dans une notion ou dans son organisation. Un élève tuteur, après avoir passé un contrat de tuteur (j’ai dû modifier le nom de « brevet » à « contrat » afin de ne pas embrouiller les élèves avec les évaluations des ceintures) est désigné à un élève tutoré. Celui-ci reçoit également son contrat avec les règles à respecter. (Merci Sylvain pour le partage des idées).

  • L’aide ou l’entraide permet de voir deux ou plusieurs élèves s’entraider dans une notion, de manière ponctuelle. Concrètement, quand un élève rencontre des difficultés, il va coller un post-it sur la porte de la classe pour indiquer qu’il a besoin d’une aide ponctuelle.  Quand un élève peut l’aider, il lui propose de « travailler » pendant quelques minutes. Cette collaboration prend la forme d’une explication et/ou de quelques exercices supplémentaires.

IMG_0191IMG_2761IMG_1569

 

 

 

 

 

 

  • Les ceintures de comportement responsabilisent les élèves en respectant leurs droits mais en leur rappelant également leurs devoirs.  Notre classe, comme la société en dehors de notre école, doit être gérée. Qui dit classe coopérative ne veut pas dire que chacun fait ce qu’il veut quand il veut… Je vous invite à lire l’article au sujet des ceintures de comportement.
  • Les ceintures de compétences guidées par le plan de travail permettront à chacun de progresser et de grandir dans les différentes compétences jalonnées par nos programmes. Là aussi, je vous invite à lire les deux articles associés.

IMG_2869

  • Les TICES au service de la coopération. Il s’agira probablement d’un prochain article mais je peux déjà dire que les nouvelles technologies favorisent cette coopération et en donnent une toute nouvelle dimension. Bien entendu, il ne faut pas confondre moyen et but. Dans ma classe, l’ordinateur, la tablette, le blog, les réseaux sociaux ou autres plateformes numériques ne sont qu’un moyen, de nouveaux outils pour coopérer, apprendre, communiquer et créer des liens…

IMG_3196

 

 

 

 

 

 

 

 

index

Vous avez envie d’essayer la coopération dans votre classe?

Je vous invite alors à lire ce premier livre qui m’a beaucoup aidé. Il en existe bien d’autres évidemment. (Je vous invite à découvrir ma bibliothèque ou à me faire part de vos recherches et/ou de vos lectures… ).

Mais je parle aussi de...

One thought on “La coopération dans ma classe

  1. Clarita

    juillet 25, 2017 at 12:49

    Bonjour,
    Vous venez de me mettre des étoiles aux yeux !
    Je vous remercie de votre partage.
    Merci de la Polynésie

    • Author

      Yves

      juillet 28, 2017 at 6:05

      Merci, c’est super gentil! Vous aussi me mettez des étoiles aux yeux en parlant de Polynésie… J’arrive 😉

  2. Ayleen & Kyban

    août 13, 2017 at 5:38

    Merci pour cet article très complet et notamment la carte mentale, très instructive ! Ça donne à réfléchir et je me tâte depuis un moment à acquérir le fameux livre que tu proposes :).

    • Author

      Yves

      août 14, 2017 at 2:37

      Alors n’hésite plus! Fonce 😉 Sérieusement, ce livre est LA bible de la coopération au sein d’une classe. Il est bien écrit et vraiment axé sur les pratiques quotidiennes. Pas de blabla donc…

Your email will not be published. Name and Email fields are required